Cameroun: Ces femmes Kamers, espoirs de l’économie numérique

«La place de l’économie numérique dans les politiques, en vue de l’émergence du Cameroun ».

Voilà le thème qui va orienter les deux jours de réflexions de cette initiative portée par le ministère des Postes et télécommunications. L’évènement qui s’ouvre ce jour au Palais des Congrès intervient après l’organisation d’une visioconférence fortement courue le 19 février 2013, sous l’orientation : « Jeunes, TIC et entrepreneuriat au Cameroun : quelles activités pour quel développement ? » En trois jours, près de 600 projets étaient inscrits sur la plateforme dédiée à cette occasion. C’est sans doute cette effervescence qui conforte le Minpostel à organiser à nouveau des échanges plus éclairés sur la question. Certains jeunes fondent des espoirs sur cette question pas nouvelle dans l’environnement économique international, mais qui tarde encore à prendre corps au Cameroun. En effet, l’économique numérique touche tous les domaines de la vie. Que ce soit dans le domaine de la santé, de l’agriculture, de l’éducation, de la formation ou des communications,

il est attendu plus de synergies d’actions.

DOROTHEE DANEDJO FOUBA: L’émancipation de la femme par les TIC
Dorothée Danedjo ne rate pas une occasion pour parler de l’importance des TIC pour la femme. La dernière en date, c’est la journée internationale de la femme 2016 dont les festivités viennent d’être lancées. La journaliste en service au ministère de la Communication a réuni ses collègues, mardi dernier, pour parler de l’appropriation des TIC. Il était question d’initier les femmes au respect des règles de sécurité sur le numérique, les sensibiliser à l’utilisation de certains outils et applications, et d’impulser la création d’initiatives dans le domaine du Web et des TIC. Après avoir bénéficié d’un stage au siège de Mozilla Firefox à la Silicon Valley, la fondatrice de la communauté Mozilla Cameroun parcoure lycées et collèges pour élargir ce mouvement au Cameroun. Elle figure dans le Top 10 Techwomen Impact cette année. 237online.com Une distinction du gouvernement américain qui récompense les femmes leaders dans le domaine des TIC dans le monde. Dorothée Danedjo Fouba est une journaliste multimédia, ingénieure éducateur aux médias et bloggeuse sur les TIC. Elle gère depuis 2011 dorotheedanedjo.com, un blog spécialisé sur les questions informatiques et l’utilisation de la technologie pour la communication et les médias sociaux. Elle a remporté quatre prix internationaux pour son travail dans les TIC, notamment celui de meilleur Blog sur les TIC en Afrique 2012, et celui du meilleur Reportage africain sur les logiciels libres et Open Source. Dorothée participe à l’organisation du BarCamp Cameroon, une organisation de la société civile Web et TIC qui réunit des personnes intéressées par les questions Web et informatiques. Elle forme régulièrement les femmes ingénieurs et les jeunes Camerounais avec le concours d’Ingenieris Cameroun

DIANE AUDREY NGAKO: Une panafricaniste sur la toile
Elle veut repenser l’image du continent et présenter la vraie face de l’Afrique, autre que celle faite de guerre et de famine. En vacances dans son pays, la jeune Camerounaise a réuni ses compatriots autour d’un brunch dominical, le 20 décembre 2015, pour parler de la destination africaine, et ce qu’elle a à offrir. Visiter l’Afrique, le site Internet qu’elle a lancé le 30 juin 2014, compte aujourd’hui une communauté de près de 60 000 personnes, notamment via les réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter et Instagramm. Une plateforme numérique interactive et collaborative dédiée au tourisme et à la culture sur le continent africain. Elle projette faire de ce site un « Airbnb » à l’africaine, où les visiteurs pourront trouver du logement, l’hébergement durant leur séjour. 237online.com Pour amorcer ce projet, Diane lance une champagne de crowdfounding entre le 27 avril et le 9 juin 2015 qui lui permet de lever 16 783 euros grâce à 394 donateurs. Obsédée par cette idée de changer l’image de l’Afrique, Diane Audrey crée en 2012 Omenkart, une agence de communication, specialise sur le tourisme sur le continent. Trois clients à son actif déjà : le Maroc, le Sénégal et la Côte d’ivoire. Le but ici, c’est d’accompagner les Etats à travers des conseils, des études et des opérations liées au digital. A 24 ans, Diane Audrey Ngako est journaliste à Le Monde Afrique, où elle s’occupe des rubriques telles que culture et Afrique Lab qui s’intéressent aux jeunes, startups et TIC. Un journal qu’elle intègre en 2015, après avoir occupé de 2011 à 2014, le poste de Rédactriceen- chef de Roots Magazine en France, magazine dédié à la culture afro-caribéenne en France.

ANAISE TCHIENDA: Pionnière de l’e-commerce au Cameroun
Elle est présentée dans une campagne comme une des jeunes Camerounaises qui ont réussi grâce à leur propre effort personnel. « Le goût prononcé pour le commerce me faisait passer un temps fou sur Internet à chiner les bons plans. Au Cameroun, je commandais des articles que je faisais chez mon frère en France », raconte-t-elle. Anaïse étoffe son carnet d’adresses et prend la décision de se lancer dans le commerce. Ainsi naît Wandashops, un des premiers sites d’e-commerce au Cameroun, le 1er août 2013. La plateforme fait dans la vente en ligne avec livraison à domicile de produits variés (Produits alimentaires et d’entretien, Vêtements et chaussures, Vins et Alcools, CD & DVD, Livres et Presse, Luxe Shop, Produits d’adultes…). En huit mois, Wandashops atteint la barre des 111 000 fans sur sa page Facebook, devenant selon Anaïse, la deuxième marque la plus populaire auprès des facebookers Camerounais après Mtn Cameroun. Parti de deux, l’effectif s’est accru aujourd’hui à une dizaine de personnes et une filiale au Gabon. 237online.com Jeune Camerounaise de 32 ans, Anaïse Tchienda est diplômée d’un master en stratégie digitale de l’Inseec de Paris, quelques années après s’être classée vice-major national au BTS en communication. Elle a été notamment directrice d’agence chez Open Solution à Douala, chef de publicité senior en charge du digital à MW DDB. Anaïse démissionne de ce poste pour se lancer à son propre compte. L’objectif de Wandashops est de susciter l’intérêt des Camerounais pour le commerce en ligne. Anaïse Tchienda veut en effet faire de cette plateforme, l’un des leaders au Cameroun et dans la sous-région.

CELINE VICTORIA FOTSO: Promotrice de la culture sur la toile
Partenaire du K-walk 2015 à Yaoundé avec « Je Wanda Magazine », Céline Victoria Fotso a réussi, petit à petit, à se faire un prénom dans l’univers des médias et de la culture au Cameroun. Lors de cet événement consacré à la haute couture, elle était engagée dans la retransmission digitale, à la minute près, au profit des lecteurs du magazine interactif de tendance et de divertissement basé dans la capitale politique camerounaise. C’est qu’en cinq ans d’existence, Je Wanda Magazine s’est frayé une place auprès du public.
La fondatrice revendique pour son site chaque mois, plus d’un million de pages visitées, deux cent mille visiteurs uniques, plus de 150 000 fans sur Facebook, plus de 30 000 fans sur Twitter. Des atouts dont dispose la plateforme pour accrocher les annonceurs et pérenniser le projet. Le site interactif de divertissement et d’actualité culturelle cible les 18-24 ans. Un concept novateur qui allie Internet, événementiel, mode et communication. 237online.com L’objectif est d’incarner une Afrique jeune, créative et volontaire. Céline Victoria Fotso envisage aussi de réaliser une version papier de son webzine et de réaliser une émission pour la Cameroon Radio Television (CRTV). « Foncer, ne pas s’arrêter ». C’est le leitmotiv de la jeune Camerounaise qui s’est installée dans la capitale politique de son pays depuis trois ans, après s’être exilée en Europe pour ses études. Diplômée en marketing de l’Espeme à Nice (une école de commerce), elle a eu le temps d’acquérir quelques connaissances dans le domaine de la mode, notamment auprès des grandes maisons telles que Smalto et Yves Saint Laurent.

Retour à l'accueil