Le Cameroun bannit l'huile végétale importée

L'huille végétale à bas prix importée de Malaysie ou d'Indonésie sera désormais interdite au Cameroun. Des milliers d'emplois sont menacés.

Orilius Mbui, membre de la compagnie agroi-industrielle Cameroon Development Corporation - CDC - a déclaré que les emplois de 16000 personnes étaient à risque suite à la compétition déloyale à laquelle doit faire face la production d'huile végétale raffinée.
Il a rajouté qu'après avoir examiné la situation, le Premier Ministre a ordonné que l'huile végétale soit vendue à au moins 3$ le litre, soit 1 de plus que l'huile domestique. Si cela n'est pas le cas, la marchandise sera confisquée.
"Il y a certaines normes en place indiquant que l'huile importée dans ce pays doit être vendue à 1500 francs Cfa le litre et qu'elle devrait être stockée dans des conteneurs spécifiques et riche en vitamine A. Mais nous avons récemment constaté que l'huile a été importée à de plus bas prix", a-t-il déclaré

Appétit énorme pour l'huile
Le Cameroun est un grand consommateur d'huile végétale. Ses compagnies domestiques produisent 32000 litres par mois d'parès l'Association Camerounaise des Producteurs d'HUile Végétale, et 20000 litres supplémentaires sont importés, principalement d'Indonésie et de Malaysie.
Hacques Kemleu Tchabgou, secrétaire général de l'Association Camerounaise des Producteurs a déclaré que les consommateurs se ruaient vers l'huile importée, beaucoup moins cher que l'huile produite localement.
"Nous ne pouvons pas accepter cela. Nous avons quatre usines qui ont fermé et de nombreuses autres fonctionnent à seulement 50% de leur capacité ; on ne peut produire ce qu'on ne vent pas", a-t-il ajouté.
L'économiste Dr Ariel Ngnitedem de l'Université de Yaoundé n'est pas d'accord et pense plutôt que le Cameroun devrait rendre son huile domestgique plus compétitive et de meilleure qualité. Il dit que l'interdiction a été faite précipitamment et pourrait attirer les foudres de l'Organization Mondiale du Commerce dont le Cameroun est membre.
"Nous ne pouvons nous fermer au reste du monde. Cela va à l'encontre des règles de l'OMC. Cela pourrait pousser les autres pays à refuser nos produits", a-t-il déclaré.

Voa News

Retour à l'accueil