76 MILLIARDS INJECTÉS DANS L’ÉCONOMIE CAMEROUNAISE

Des accords signés entre le Cameroun et la France à l’occasion de la visite de François Hollande au Cameroun.

Ce sont en tout quatre conventions de financement de projets de développement estimées à 76 milliards de FCA qui ont été signés au terme de la visite de François Hollande au Cameroun. Accords paraphés pour la partie camerounaise, par Emmanuel Nganou Djoumessi, le Ministre de l’Economie, de la planification et l’aménagement du territoire (Minepat), et pour la partie française, par Michel Sapin, le Ministre des Finances et des comptes publics, assisté du directeur général de l’Agence française de développement (Afd), Anne Paugam. C’était l’aboutissement d’une séance de travail entre hommes d’affaires des deux pays, dans les locaux du Cabinet civil de la Présidence de la République, en marge du tête-à-tête entre Paul Biya et François Hollande, vendredi dernier.

Pendant les travaux coordonnés par Laurent Serges Etoundi Ngoa, le ministre des Petites et moyennes entreprises (Minpme), le Cameroun a été présenté comme une terre propice pour l’investissement. Et c’est Emmanuel Nganou Djoumessi, qui a présenté la situation économique du pays. «Le Cameroun est un bon risque pour l’investissement, en raison de la solidité de son cadre macroéconomique», a conclu l’homme, après avoir présenté la stabilité politique et sociale du Cameroun, mais surtout une vision à l’horizon 2035, qui prévoit un Cameroun émergent, sur la base d’un Document de stratégie pour la croissance et l’emploi (Dsce). Le ministre des Finances(Minfi), Alamine Ousmane Mey, a rappelé quelques avantages qu’il y a à s’implanter au Cameroun, notamment les mesures d’incitation fiscale prises par le gouvernement depuis 2013. «Une réduction de 5% des impôts sur les revenus des capitaux mobiliers, une exonération des tarifs d’enregistrement relatifs aux prêts, emprunts, avances, sans compte-courant, l’autorisation du report des déficits jusqu’au 5ème exercice pendant cinq à dix années, un taux réduit de 5% des frais de douane appliqué aux importateurs», égrène le Minfi. Pour aboutir à ce que «72 nouvelles entreprises se sont installées au Cameroun depuis 2013». Preuve que l’incitation à l’investissement au Cameroun porte ses fruits. Mais déjà, pour le présent, le Minepat a indiqué une prévision de croissance de 5,6% en 2016.

Pour Sandrine Gaudin, la représentante du Trésor français, a souligné la disposition de son pays à accompagner le renforcement des relations économiques et commerciales entre la France et le Cameroun. Et pour le représentant du Médef, le mouvement des entrepreneurs français, «les entreprises françaises ne sont pas là pour le court terme. Elles sont aussi là pour une formation professionnelle des managers locaux ; c’est ce que nous allons encore développer après ce forum», a-t-il promis. Avec un encrage dans les domaines tels que l’assainissement, l’environnement,… Même si elle a perdu la première place de fournisseur du Cameroun, la France, 5ème pays le plus développé du monde, est encore le premier investisseur étranger au Cameroun.

Retour à l'accueil