Le Cameroun lance le processus de création d’une entreprise de transport de l’électricité

Le gouvernement camerounais vient de lancer un appel à manifestation d’intérêt, en vue du recrutement de consultants «pour l’appui technique à la réorganisation du secteur de l’électricité au Cameroun», notamment, apprend-on, dans sa composante création d’un Gestionnaire du réseau de transport public de l’électricité (GRT).

Cette prestation, qui sera financée sur le guichet IDA de la Banque mondiale, devra déboucher, souligne le document d’appel à manifestation d’intérêt, sur «la mise en place rapide» du nouvel opérateur public du transport de l’électricité, avec cependant «une prise en charge de ses fonctions de manière progressive».

Ses activités consisteront, «dans un premier temps, à développer le réseau des infrastructures de transport, puis, à l’issue des travaux de séparation et de transfert des actifs de l’opérateur actuel (Eneo) vers le GRT, que ce dernier reprenne progressivement les fonctions d’exploitation et d’entretien des ouvrages de transport, ainsi que la gestion des flux d’énergie (fonction dispatching) actuellement sous la responsabilité d’Eneo».

Les offres des soumissionnaires à cette prestation sont attendues (par courrier, facsimilé ou courrier électronique) à la direction de l’électricité du ministère camerounais de l’Energie et de l’Eau, à Yaoundé, au plus tard le 13 février 2015 à 13h30.

Pour rappel, selon les experts, la création d’une entreprise publique dédiée au transport de l’électricité au Cameroun permettra de gérer plus efficacement le réseau de transport, dont l’état actuel occasionne d’importantes pertes préjudiciables aussi bien au concessionnaire du service public de l’électricité (Eneo), qu’aux entreprises et aux ménages. En effet, une étude de l’Agence de régulation du secteur de l’électricité (Arsel) évalue à environ 6,5% la quantité d’énergie électrique perdue au Cameroun, dans le processus du transport.

Retour à l'accueil