La société camerounaise Amla conçoit un scellé électronique pour sécuriser les bouteilles de gaz

La société camerounaise Amla, dirigée par Esaïe Massoume, vient de concevoir un dispositif innovant, en vue de limiter les fraudes dans le circuit de la distribution des bouteilles de gaz domestique. Il s’agit d’un scellé électronique, qui permet de tracer la bouteille de gaz, depuis le centre d’enfûtage jusqu’au distributeur. Le même dispositif permet de mesurer le poids exact de la bouteille à l’achat, de même qu’il donne la possibilité à une ménagère de savoir la quantité de gaz restante dans la bouteille à tout moment.

Selon le promoteur, ce dispositif électronique devrait révolutionner la lutte contre les fraudes sur les quantités actuellement en cours dans le secteur du gaz domestique. En effet, selon divers rapports de la Brigade de répression des fraudes du ministère du Commerce, des milliers de bouteilles de gaz domestique mises en vente au Cameroun pèsent bien moins que les 12 Kg réglementaires, les distributeurs ayant mis en place des réseaux de siphonage desdites bouteilles avant leur mise sur le marché.

Afin de vulgariser sa trouvaille, la société Amla, apprend-on, discute actuellement des modalités pratiques d’utilisation de ce dispositif avec les marqueteurs et autres entreprises détentrices de centres emplisseurs de gaz domestique. Il s’agit notamment de la Société camerounaise des dépôts pétroliers (SCDP) et de la Société camerounaise de transformation métallique (SCTM), le leader du marché du gaz domestique dans le pays.

Même si des accords venaient à être conclus entre ces opérateurs, l’utilisation du dispositif d’Amla devra encore être validé par le ministère camerounais du commerce, qui a déjà agrée la société Amla comme partenaire dans le cadre des travaux métrologiques.

Le dispositif sus-cité apparaît comme une version améliorée de celui incorporé sur les bouteilles de gaz domestique commercialisées par Tradex, le porte flambeau des nationaux dans le secteur de la distribution des produits pétroliers au Cameroun.

Retour à l'accueil