Le taux de pénétration du mobile au Cameroun est passé de 9,8 à 71% entre 2004 et 2014

Le niveau d’appropriation du téléphone mobile par les populations camerounaises a littéralement explosé au cours des 10 dernières années. En effet, dans une récente interview accordée au Quotidien gouvernemental, le Directeur général de l’Agence de régulation des télécoms (ART), Jean Louis Beh Mengué (photo), révèle que le taux de pénétration de cet outil de communication au sein de la population est passé de 9,8 à 71% entre 2004 et le premier trimestre 2014.

Ce taux de pénétration du mobile, qui, selon M. Beh Mengué, est calculé sur la base du nombre de cartes SIM effectivement activées dans le pays et non sur la base du nombre d’abonnés total à la téléphonie mobile par rapport à la population ; a certainement augmenté en cette fin d’année 2014. Notamment avec l’arrivée sur le marché camerounais, en septembre dernier, d’un 3ème opérateur de mobile.

En effet, depuis le lancement de ses activités le 18 septembre 2014, le Vietnamien Viettel, qui opère sous la marque Nexttel, comptait déjà 400 000 abonnés à fin novembre, a révélé le ministre camerounais des Postes et Télécoms, Jean Pierre Biyiti bi Essam, en défendant le budget de son département ministériel à l’Assemblée nationale.

A ce jour, le Cameroun compte officiellement plus de 16 millions d’abonnés au téléphone mobile, sur une population de 20 millions d’habitants. En 2015, Camtel, l’opérateur public des télécoms, en situation de monopole sur le segment du fixe, activera également sa licence de mobile, devenant ainsi le 4ème opérateur du pays sur ce segment, après MTN, Orange et Nexttel.

Retour à l'accueil