Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cameroon Business Connections

Cameroon Business Connections

Le Blog de Georges BAKANG pour l'Accompagnement des Entreprises et des Particuliers dans leurs Démarches d'Implantations et d'Investissement au Cameroun.


Construction au Cameroun: les bons reflexes

Publié par Bakang Georges sur 26 Novembre 2015, 12:28pm

Catégories : #Analyses

Construction au Cameroun: les bons reflexes

Confort, sécurité et prix…élevés

Appropriées en zone urbaine,les maisons en dur réconfortent surtout par leur solidité.

Incontestablement le genre le plus prisé, les habitations en dur sont l’un des rares biens à ne pas devoir son succès à l’argument financier. En réalité, c’est le modèle de maison qui revient le plus cher, et demande le plus de temps de confection. Mais en revanche, en terme de solidité, de résistance, de sécurité et même d’esthétique, les maisons en dur restent les mieux élaborées.

Maçon de carrière depuis plus d’une dizaine d’années, Rodrigue Eovui a essentiellement travaillé sur des chantier en dur. Il commence par observer qu’en zone urbaine, il est difficile d’envisager une construction en semi-dur ou en matériau locaux. " Les gens ne le réalisent pas eux-mêmes, mais la ville subit au quotidien des travaux et des activités qui accentuent les vibrations des sous-sols. Cela a une incidence sur les habitations environnantes, dont les fondations supportent ces légères secousses souterraines. Les fondations des maisons en dur sont les mieux à même de résister à ces vibrations sur le long terme ", explique-t-il. La sécurité est donc le premier argument fort proposé par les constructions en dur. " Les murs s’effondrent moins vite ", répètent plusieurs propriétaires de ce style d’habitat interrogés. D’un autre côté, le dur permet, au plan architectural, le plus de fantaisies. C’est ainsi qu’il s’accommode aussi bien des simples trois pièces et studios, que des villas aux configurations complexes.

Au plan de leur réalisation, les possibilités sont également grandes. Mais il est conseillé le plus souvent de faire fabriquer soi-même ses parpaings, car les briques de ciment déjà montées sont souvent le résultat d’un dosage excessif de sable pour une faible quantité de ciment. Au niveau des dévis il faut tenir compte de plusieurs paramètres : taille de la maison, configuration et négociation avec la main d’œuvre opérante. Mais en général, une maison complète en dur demande entre une et six tonnes de ciment pour les plus modestes, et plus d’une dizaine pour les habitats de luxe. A raison de 5.000 à 5.400 francs Cfa le sac de 50 Kg de ciment, on peut se faire une estimation du matériau de base nécessaire.

Pour ceux qui disposent déjà de tout le matériel nécessaire, la construction peut s’opérer en moins de trois mois. Mais le plus souvent, du fait des coûts de construction élevés et des équipements complexes (eau, électrification), bâtir une maison en dur va souvent chercher dans les six mois. Ce qui ne rallonge pas forcément les moyens à dépenser, puisque la main d’œuvre est payée par jour de travail et non selon la durée de l’ouvrage.

Eric ELOUGA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents